1342

Le Congrès de jeunes chercheurs repose sur la conviction que grâce à la mise en œuvre d’une démarche d’expérimentation rigoureuse, les élèves développent des compétences de curiosité, de questionnement, d’observation, d’élaboration d’hypothèses et de conclusion à en retirer leur permettant de résoudre des problèmes complexes et d’acquérir des connaissances solides.

Par l’intermédiaire du congrès, ils développent aussi des compétences de citoyenneté (respect des opinions des autres, argumentation, prise de parole devant un groupe) et entrent en contact avec des chercheurs scientifiques.

Les élèves prennent conscience de la richesse du travail de groupe dans ce projet. C’est ensemble qu’ils seront capables de relever le défi, en partageant leurs idées, en communiquant sur les hypothèses et les conclusions des expériences menées et en confrontant leurs idées.

 

Un Congrès en 3 temps

            Le Congrès des jeunes chercheurs se compose de 3 temps : une séance plénière, un temps d’exposition et une rencontre avec un chercheur.

 

La séance plénière

                                                      5786

Quelques jours avant le Congrès, les élèves de chaque classe sont invités à travailler sur un défi commun à toutes les classes d’un Congrès. Volontairement, on souhaite que la réflexion soit en cours et que les premières expérimentations menées en classe n’aient pas amené de conclusions définitives.

Pendant la séance plénière, des délégués de chaque classe se retrouvent devant l’assemblée. L’animateur organise un débat entre eux sur les paramètres qu’ils jugent importants pour la réussite du défi qui leur a été proposé. Les différents résultats des premières expériences sont discutés, validés ou non.

Pendant ce temps, les autres élèves, dans la salle, écoutent, prennent des notes mais peuvent aussi intervenir.

A la fin de cette séance plénière, les élèves se remettent par petits groupes pour discuter de la suite à donner, des nouvelles expériences à mettre en place en classe à la lumière de ce qu’ils ont entendu.

 

Le temps d’exposition

                                       111310IMGP8858

Chaque classe participante doit relever un défi en lien avec le thème de l’année. A l’intérieur d’un Congrès, il y aura donc autant de défis que de classes participantes.

Ces défis sont menés dans les classes au cours de l’année scolaire (généralement de janvier à février). Sur le thème « Transports et déplacements » par exemple, voici des défis proposés aux élèves :

  • Réaliser la maquette d’un téléphérique.

  • Réaliser la maquette d’un ascenseur.

  • Réaliser une maquette de sous-marin qui puisse monter ou descendre.

  • Comment soulever et déplacer une charge lourde sans fournir trop d’efforts ?

  • Réaliser la maquette d’une catapulte

  • Réaliser la maquette d’un manège.

Le rôle de l’enseignant est d’accompagner les élèves dans leurs recherches, leurs expérimentations, de les aider à la formulation d’hypothèses et à tirer des conclusions pertinentes des essais effectués en classe.

Pendant le temps d’exposition, les élèves vont à la découverte des défis que les autres classes avaient à relever. Chaque défi est présenté sous forme de photos, de vidéos, de panneaux, de présentation de prototypes, de diaporamas,… On y retrouve l’enchaînement logique des grandes étapes du travail réalisé en classe.

La rencontre avec le chercheur

                                   17151416

Chaque Congrès permet la rencontre avec un chercheur scientifique. Cette rencontre a pour objectif de faire connaître ce métier sous toutes ses facettes (travail en équipe, expériences, importance des écrits, voyages, congrès,…) et de faire bouger les représentations stéréotypées que les élèves ont d’un chercheur.

Les élèves ont préparé des questions et le chercheur, de son côté, est invité à présenter ce sur quoi il travaille.

Lorsque deux chercheurs sont présents sur un même Congrès, cela leur permet, à tour de rôle, de rencontrer les élèves mais aussi de visiter les expositions. C’est alors une belle opportunité pour les chercheurs d’aller eux aussi à la rencontre du travail des élèves et d’en découvrir la richesse.

 

L’origine

Dans l’enseignement catholique, un groupe de recherche sur la démarche scientifique s’est mis en place dans le cadre de l’Université Catholique de l’Ouest dans les années 1990. Ces enseignants, regroupés dans le CEREDIS, ont élaboré des procédures de travail autour de la démarche scientifique et de la mise en place d’un cahier de sciences à l’école. Ce groupe était questionné par la désaffection des jeunes pour les sciences

La main à la pâte a été lancée en 1996, à l’initiative de Georges Charpak, prix Nobel de physique 1992, Pierre Léna et Yves Quéré de l’Académie des sciences, dans le but de rénover l’enseignement des sciences et de la technologie à l’école primaire en favorisant un enseignement fondé sur une démarche d’investigation scientifique.

Des recherches du groupe CEREDIS est né, entre autres, un dispositif original : le Congrès de jeunes chercheurs dont les objectifs sont les suivants :

Faire comprendre l’importance de la démarche mise en œuvre plutôt que de montrer simplement des résultats,

Faire vivre un débat pour d’abord entendre (puis éventuellement contester) des résultats différents plutôt que d’imposer des arguments d’autorité,

Pouvoir obtenir des traces écrites pour communiquer plus rigoureusement avec d’autres plutôt que d’en rester à des paroles,

Faire approcher la profession de chercheur plutôt que de montrer le côté médiatique d’un chercheur « magicien de la science »,

Mettre en œuvre la démarche scientifique toute l’année plutôt que de le faire seulement pour le Congrès.

En 2001, un premier Congrès voit le jour à l’Université Catholique de l’Ouest d’Angers. Il rassemble alors 160 élèves de Maine et Loire et Ille et Vilaine. Depuis, chaque année, de nouvelles classes s’investissent et en 2017, ce sont plus de 4 500 élèves du Grand Ouest (Morbihan, Vendée, Sarthe, Pyrénées-Atlantiques et Maine et Loire) qui y ont participé. L’expansion des Congrès s’est effectuée grâce aux enseignants du CEREDIS, des CFP (anciens ISFEC), des DDEC respectives et des enseignants qui ont invité leurs collègues dans ce projet exigeant et riche.

LieuCoordinateurAdresse
Maine et LoireXavier Richardx.richard@ec49.fr
MorbihanDidier Janddec56.d-jan@ecbretagne.org
Pyrénées-AtlantiquesJérôme Gaillardnumerique@ddec64.fr
SartheChristophe Pinquiéchristophe.pinquie@gmail.com
VendéeNicolas Meriaunicolas.meriau@ddec85.org